miércoles, 5 de julio de 2017

Ponderación de Oxitocina

En muchas películas y en la vida real, he escuchado la frase comúnmente más llamativa sobre el poder y el secreto que tiene el amor a la hora de adentrarnos en el vocabulario, desarrollo y satisfactoria experiencia sexual.
La vida en plena juventud nos puede estimular en enormes cantidades frente a enseñanzas y pasiones de lo que significa el sexo, pero cuando se trata de monogamia, el significado es incandescentemente subjetivo e inexplicable.
Un previo juego y contacto sexual, que se sientey percibe como a un piano de Chopin, como al gemido alto de un cantante de soul, a la pausa rasguñadora en cada segundo de un rocksteady, al sonido de un dub reggae, al suspenso del bajo en una canción de postpunk. En síntesis, un rompecabezas profundo. 

Me encanta jugar con fuego, lo sé, tengo la osadía de ser descarada en muchos aspectos sin importar las consecuencias futuras en mi propia vida. Y hablo un poco de mi por la mentira de monogamia que solía pensar que conservaba en mi relación de casi dos años, alterada con mentiras, discusiones y traiciones. Aun teniendo esas inmensas virtudes en medio de una relación, hay un tacto sexual adictivo que no puedo dejar y eso ocurre con más frenesí y deseo justo después de cierta lejanía, cuando no puedo evitar sentir entre mis manos su sexo que pareciera querer atraparme con su magnetismo a cada intempestivo. Provoco. Me encanta el plan. Se voltea, se abalanza sobre mi hasta desvestirme y devorarme apenas con su boca y sumergirme en su saliva, luego, sus manos peregrinan todo mi cuerpo hasta no aguantar más sus ganas de penetrarme.
Qué ceremonia.
La pericia se me ha desbordado al momento de sentir sus manos tan abiertas agarrándome la espalda y empujando su sexo hacia mi lentamente y creciendo su velocidad, algo se ha roto desmesuradamente en mi placer, tanto, que he empezado a sentirme dueña del exacto universo, esa sensación de sentir que tienes un revoltijo de fruiciones a tus pies; emperatriz, magnificencia, deidad, musa, majestad, numen, estro. Y he empezado a llorar. Portentosamente, extraordinariamente precioso. He llorado previamente, durante y en el justo momento de acabar un orgasmo. Nunca fue la primera ni última vez que la oxitocina se convierte en una droga llena de sortilegio.


miércoles, 17 de mayo de 2017

Coup de cœur

Le six mai, dans la salle du livre il y avait une conférence  sur la célébration de la mode. 
¿Comme se définissent les idéales des femmes depuis la mode ?  ¿Lequel est la relation entre mode et cinéma ? ¿ Comme se connectent mode et féminisme ?

Ces et quelques d’autres questions  sur la mode dès une vu historique et les théories du style a répondu Vanessa Rosales dans la Salle du livre, auteure du livre Mujeres Vestidas.


Presentation de l'auteure.
Vanessa Rosales est née l’an 1984 à Cartagena de Indias. Elle a étudié philosophie et histoire dans l’université des Andes et à la fin de sa carrière elle a commencée à faire reportages sur cultures juvéniles à Bogotá pour petites revues indépendants. Après a fait à Buenos Aires un mastère en journalisme avec le journal Argentin La Nación et l’université Torcuato di Tella. Là, elle a écrit sur mode et style.
À son retour à la Colombie, elle a débuté comme écrivaine en Arcadia, ici elle participait à  thèmes sur féminité et des femmes contemporaines. Par ailleurs a été éditrice de mode, beauté et culture  dans la revue Semana. De plus, éditrice d’un portail  nommé  tutrend.com où elle donnait de conseils personnalisés de style et reportages de tendance à tout type de femmes. Pour résumer sa trajectoire, on peut trouver ses écrits en revues comme Cromos, Vogue Latino-Amérique, Diners. Sur le monde digital on peut trouver son travail avec marques de vêtement comme AZULU, seven et seven, leonisa et Naf Naf.
En 2012, Vanessa a gagné une  bourse en Parsons The new School for Design, à New York, dans un programme spécialisé en histoire et théorie de la mode nommé Fashion Studies. Actuellement se développe comme écrivaine de style, consultore de mode et créative éditorial.
Le livre; Mujeres Vestidas.
Vanessa toujours s’est intéressée pour déchiffrer comme les tendances de la mode déterminent ce que les femmes pensent à elles-mêmes et ce qu’on espère d’elles. Mujeres Vestidas, résume cela idée au moyen du regard audacieux de son auteure, qui a une voix critique et    flamboyant.
Vanessa aborde dans ce livre sujets tant diverses comme la mode éclectique de notre temps, les femmes qui sont passés de suivre tendances à les interpréter, les vêtements fondamentaux comme la minijupe, la veste de cuir ou le denim, aussi parle sur instagram comme forme d’identification et confirmation d’idéaux, la relation entre mode et cinéma et le féminisme vu à travers la lentille de la mode.
Auteure : Vanessa Rosales Altamar
Éditorial : Cupula
Formate : Livre
Type de présentation : Couverture molle.
Edition : Première
Langue : Espagnol
Numèro de pages : 211

martes, 9 de mayo de 2017

Le Salon du livre. France, le pays d'honneur invité.

Je suis allée au salon du livre le vendredi cinq et le dimanche sept de mai.
Le vendredi je me suis trouvée avec une amie à treize heures. Nous avons commencé parcourir le salon depuis le pavillon trois. Premièrement, nous nous sentions heureuses et animées parce qu'il n'y avait pas beaucoup de personnes, mais nous avions un peu de frustration pour ne pas pouvoir acheter les livres que nous voulions.
Quand nous sortions des pavillons, nous fumions quelques cigarettes et nous réfléchissions sur les livres que nous avions vu dans chaque stand.
Plus tard, nous sommes entrées dans le pavillon de la France. J'ai aimée trop les illustrations de Claude Ponti, il a une belle manière d'exprimer l'innocence de notre enfance qui revit de nouveau dans notre maturité. De la même façon, c'est un magnifique travail ce qui fait Killoffer, qui donne au spectateur en plus d'histoires drôles, un regard très proche sur la vie de l'artiste qui élabore les bandes dessinées. Pour l'autre côté, j'ai senti un grand vide dans ce pavillon ; premièrement la décoration on l'a trouvée pauvre et on suppose que s'il y a un pays invité, c'est pour permettre que les assistantes ont rapprochement à la culture du pays étranger comme la musique, la nourriture, exposants, les habitudes françaises, cinéma, art, etc. Je n'ai plus trouvée beaucoup de livres en langue française.
Presque à la fin de la nuit, il y avait une présentation d'un groupe de jazz.
Le dimanche, je suis allée avec ma petit-ami autour des quinze heures. Le salon était très plein.
Nous sommes allés au pavillon vingt, où se trouvaient les librairies indépendantes, après à Penguin Random House où il y avait assez promotions de livres et finalement, nous sommes allés au pavillon de design et je pense que c'est un pavillon que pendant les ultimes trois ans suit sans changer rien. Pour cela raison, on le trouve déjà ennuyeux.
Malgré tout, le salon du livre c'est un espace que toujours va être nécessaire culturellement, en plus c'est vrai qu'on peut trouver beaucoup de variété de genres et prix abordables pour acheter livres de notre intérêt. Alors, ne perd pas la possibilité de connaître de nouveaux écrivains, il y a beaucoup d'histoires qui attendent pour être lus !.

viernes, 27 de noviembre de 2015

DOS OPCIONES.


D e s e s p e r a d a m e n t e 
tenía dos opciones para probar mi suerte: Jugar a la ruleta rusa, o, confiar en algún adivinador agraciado que ha obtenido el fruto del “don divino”.
Llegamos a un sitio lo suficientemente ocultista, indescifrable y de aspecto ilegal. Muchas mujeres que decidieron acompañarme hacían a la clarividente incógnitas preguntas sobre su vida; yo, aun me encontraba intranquila y exaltada, puesto que la preocupación que me agobiaba era severa.
Cuando sin decirle nada a la clarividente empezó a divulgar secretos de mis conductas cotidianas, en su entrecejo comenzó a brotarse un círculo de color rojo intenso, y fue ahí, que pude comprender que se trataba de la manifestación del tilaka; adorno corporal de procedencia hindú, símbolo de la sangre, la fuente de vida y energía, que también provee intuición, fuerza y conocimiento. Ella concluyó denominándolo como la exhibición del embrión, pero aun así no podía precisar si dentro de mi cuerpo ya navegaba y palpitaba un corazón.
Prontamente, sentí mi cuerpo incontrolado por la hipnosis con la que ella me dominó sin yo poderme refugiar. Cuando volví en sí, toda mi periferia se había transformado a la equivalente perspectiva de un planeta futuro y evolucionado; cielo de tonos azules loables, perros callejeros que pasaban por la calle caminando en dos patas, pájaros ciegos que podían navegar con confianza a través del viento.
El consejo a la solución de mi desasosiego también se basaba en dos opciones; encontrarla conociendo a mi cuerpo de afuera hacia adentro o buscando alteraciones científicas.  

viernes, 25 de septiembre de 2015

L'aube à l'intérieur de mon corps.

Les ciels là-bas aussi sont même blues, mais ils ne peuvent pas continuer leur couleur neutre jusque quand s'altère le système nerveux de mes extrémités, quand le plus minime frôle des pulpes de tes doigts contactent ma persian peau comme les radiations solaires qui pénètrent et cogner contre lignes de champ magnétique, où s'accumulent énergies que se lancent à forme de radiations électromagnétiques.


Maintenant l'aube pour mes résidantes se transforme dans un phénomène de luminescence; les ciels de fervents couleurs roses et absurdes tons oranges que s'explosent comment les volcans à travers de les nuages. C'est le naissance et manifestation d'un plaisir intense qu'exploite avec propre excitation et véhémence.

jueves, 10 de septiembre de 2015

Altered Meditation.

I drank coffee before practicing Kundalini. 


We know that coffee stimulates our bodies.
During the 50 minutes that I practiced Kundalini Yoga, side effects did not appear. It was not until the moment of meditation, where I closed my eyes, covered up myself with a blanket to keep me warm, and left the lights on.
In front of me was a mirror, I began to see myself sleeping, till my sight started to become distorted, my pupils changed size; from big and profound till a small scale moving like water's waves and savage winds. Around me everything started to have movement with same perspective.

lunes, 23 de febrero de 2015

Die World

Están en mi casa, acariciando perros y gatos....Mi hermana es su representante en la Bogotá capitalista y precursora de música. Nos dirigimos a una tocada donde ellos son los anfitriones. Abren "The Hives". Le enciendo un cigarrillo a Larissa, mientras el chico que me atrae nos observa por un momento; ella nos besa a los dos por ser los seguidores más perversos.
Este es el inicio de DIE WORLD. 
Soñarme en medio de la tristeza convertida en rebelión.

domingo, 4 de enero de 2015

Only Lovers Left Alive ...

Una nueva creación en el espacio de su habitación. 
Poner en pausa la película de Jim Jarmusch mientras este cuerpo que se expone, se deja quemar por el sol, torso que empieza a ahogarse dentro de las dunas de sus caricias que se han vuelto colinas y ondas cubiertas de excesiva susceptibilidad.
Ya no hay pausas.
Una lengua detalla el rosa más profundo mientras esta base musical sufraga en medio de sollozados orgasmos.  


Funnel of Love.